Category Archives: Annales

BAHANI MASOMO J. Bertrand et BATUNDI BIHANGO Israël: ANALYSE DIAGNOSTIQUE DE L’EXPANSION DE LA SCOLARISATION PRIMAIRE A KISANGANI DE 2000 A 2007, pp. 389-400.

ANALYSE DIAGNOSTIQUE DE L’EXPANSION DE LA SCOLARISATION PRIMAIRE A KISANGANI DE 2000 A 2007/ 26BAHANI MASOMO J. Bertrand et BATUNDI BIHANGO Israel

 

BAHANI MASOMO J. Bertrand1 et  BATUNDI BIHANGO Israel2

 

 

 

RESUME

La présente étude décrit le niveau de développement du système éducatif dans la ville de Kisangani 

Elle analyse le degré d’atteinte des objectifs de l’universalisation de l’enseignement primaire dans la ville de Kisangani conformément aux dispositions constitutionnelles et aux objectifs de l’Education pour tous. Elle porte sur la période de 2000 à 2007 et présente un diagnostic de la situation présente et une projection de l’avenir.  Apres analyse, nous avons constaté que la ville de Kisangani n’a pas atteint les objectifs de l’éducation pour tous.

 

Mot-clé : Scolarisation.

 

 

SUMMARY

The present survey describes the level of development of the education system in the city of Kisangani  

She/it analyzes the degree of attack of the objectives of the universalization of the primary education in the city of Kisangani in accordance with the constitutional arrangements and to the objectives of the education For All.  It is about the period of 2000 to 2007 and present a diagnosis of the present situation and a projection of the future. After analyzes us noted that the city of Kisangani didn’t reach the objectives of the education for All. 

 

Keyword: Schooling.

BAHANI MASOMO Bertrand : LA RELATION ENTRE LA QUALITE DE L’ECRITURE MANUSCRITE ET LA PERFORMANCE EN LECTURE DES ECOLIERS DE LA 2EME ANNEE PRIMAIRE DE L’ECOLE PRIMAIRE TUUNGANE, pp. 379-388.

LA RELATION ENTRE LA QUALITE DE L’ECRITURE MANUSCRITE ET LA PERFORMANCE EN LECTURE DES ECOLIERS  DE LA 2EME ANNEE PRIMAIRE DE L’ECOLE PRIMAIRE TUUNGANE

 /25BAHANI MASOMO Bertrand

BAHANI MASOMO Bertrand1

 

 

RESUME

La présente étude analyse la relation entre l’écriture et la lecture. Pour ce faire, nous avons administré un test de lecture et d’écriture aux écoliers de deuxième année primaire. Les résultats montrent qu’il existe une corrélation positive basse entre ces deux notions. Cette corrélation suppose que les enfants parviennent à écrire des mots qu’ils ne sont pas capables de lire. 

 

Mots-clés : Ecriture, performance scolaire.

 

   

SUMMARY

The present survey analyzes the relation between the writing and reading. For that to make, we managed a test of reading and writing to the schoolchildren of second primary year. The results show that a low positive interrelationship exists between these two notions. This interrelationship supposes that the children succeed in writing the words that they are not capable to read.  

 

Keywords:  Writing, academic performance.

HABASIKIYAKE KAKULE: INTRODUCING COMMUNICATIVE APPROACH IN THE SYSTEM OF TEACHING AND LEARNING ENGLISH IN GOMA SCHOOLS, pp. 363-378.

INTRODUCING COMMUNICATIVE APPROACH IN THE SYSTEM OF TEACHING AND LEARNING ENGLISH IN GOMA SCHOOLS/24HABASIKIYAKE KAKULE

 

HABASIKIYAKE KAKULE1

(1) Professor at University of Goma (UNIGOM), Faculty of Social, Administrative and Political Sciences,                          Phone: +243970035985, e-mail: habasikiyakemupenda@yahoo.fr

 

SUMMARY

Communicative language teaching has become today a worldwide growing concern in English teaching and learning. Many countries have introduced communicative approach in their English teaching system for it answers best to the communicative development of English teaching and learning process. Therefore, the introduction of this methodology in English language teaching and learning in Goma schools does not constitute an isolated case but it becomes an urgent necessity that can prompt rapidly English teaching process in our schools. As direct and audiolingual methods hitherto used in the English teaching and learning process have not yielded the expected outcomes, it turns out important today to introduce this innovative methodology in our educational system of English teaching in general and in Goma schools in particular.

 

Keywords: Communication – Communicative approach – Communicative competence – Innovative methodology – Direct method – Audio-lingual method – Skills.

 

RESUME

L’enseignement communicatif de la langue est devenu aujourd’hui une préoccupation mondiale croissante dans l’enseignement et l’apprentissage de l’anglais. Beaucoup de pays ont introduit l’approche communicative dans leur système d’enseignement de l’anglais puisqu’elle répond mieux au développement communicatif du processus d’enseignement et d’apprentissage de l’anglais. C’est pourquoi, l’introduction de cette méthodologie dans l’enseignement et l’apprentissage de la langue anglaise dans les écoles de Goma ne constitue pas un cas isolé mais elle devient une nécessité urgente qui peut promouvoir rapidement le processus de l’enseignement et de l’apprentissage de l’anglais dans nos écoles. Comme les méthodes directes et audio-linguales utilisées jusqu’ici dans le processus de l’enseignement et de l’apprentissage de l’anglais n’ont pas produit les résultats escomptés, il apparaît important aujourd’hui d’introduire cette méthodologie innovatrice dans notre système d’enseignement de l’anglais en général et dans les écoles de Goma en particulier.

 

Mots-clés : Communication – Approche communicative – Compétence communicative – Méthodologie innovatrice – Méthode directe – Méthode audio-linguale – Habiletés.

MURONGO KANYANDE Aimé: BILAN EPIDEMIOLOGIQUE DES MALADIES DIARRHEIQUES D’ORIGINE HYDRO-FECALE DANS LA ZONE DE SANTE RURALE DE WALIKALE, pp. 349-362.

BILAN  EPIDEMIOLOGIQUE DES MALADIES DIARRHEIQUES D’ORIGINE HYDRO-FECALE DANS LA ZONE DE SANTE RURALE DE WALIKALE/ 23MURONGO KANYANDE Aimé

 

 

MURONGO KANYANDE  Aimé1

 

(1) Assistant à l’Institut Supérieur  des Techniques Médicales « ISTM/Walikale », Tél. :+243822808073 ;+243977826791

RESUME

Cette étude porte sur le Bilan épidémiologique des maladies diarrhéique d’origine hydro fécale ; cas des personnes souffrant de diarrhée dans zone de santé rurale de Walikale. A travers cette étude, nous nous sommes assigné deux objectifs spécifiques à savoir : identifier les maladies diarrhéiques les plus fréquentes dans cette zone de santé et déterminer la catégorie des personnes les plus touchées par ces maladies. La population cible de notre étude est constituée de l’ensemble des patients ayant souffert de la diarrhée sanglante et cholériforme fréquentant l’HGR/Walikale. La technique utilisée dans notre recherche est celle d’analyse documentaire, cette technique nous a permis d’exploiter les différents rapports épidémiologiques pour la période concernée par notre étude.

Au terme de cette étude, nous avons abouti aux résultats ci-après :

  • L’incidence annuelle de la diarrhée non sanglante reste plus élevée durant la période avec 134 cas soit 1,31‰ en 2013, 84 cas soit 0,87‰ pour la diarrhée sanglante et 7 cas soit 0,08‰ pour la diarrhée cholériforme.
  • En 2014 la tendance est restée la même avec 63 cas soit 0,75‰ pour la diarrhée non sanglante, 57 cas soit 0,67‰ pour la diarrhée cholériforme.
  • Ce même constant a été fait pour 2015, avec 74 cas soit 0,81‰ pour la diarrhée non sanglante, 33 cas soit 0,07‰pour la diarrhée cholériforme.
  • La proportion de la diarrhée non sanglante a été plus élevée en 2015 avec 64,6‰ de cas suivie de l’année 2013 avec 56,7‰ et enfin vient l’année 2014 avec 50,3‰.
  • La proportion de diarrhée sanglante a été plus élevée en 2014 avec 38,7‰ de cas suivie de l’année 2013 avec 38,1‰ de cas et enfin vient l’année 2015 avec 26,5%o de cas.
  • La proportion de la diarrhée cholériforme a été plus élevée en 2014 avec 10,9% de cas elle est suivie par l’année 2015 avec 8,8‰ de cas, tandis que l’année 2013 vient en dernière position avec 5,07‰ de cas.
  • En 2013, le taux brut de mortalité a été plus élevé chez les sujets ayant souffert de la diarrhée sanglante (0,02‰) et la diarrhée cholériforme (0,02‰)
  • En 2014, la tendance est restée la même avec 0,04‰ respectivement pour la diarrhée sanglante et cholériforme.
  • En 2015, c’est la diarrhée cholériforme qui a battu le record avec 0,02%o
  • En 2013, la diarrhée sanglante a causé 3 décès dont 2 soit 0,10‰ chez les sujets âgés de moins de 5ans
  • En 2014, la diarrhée sanglante a causé plus de décès soit 5 au total dont 3 décès soit 0,14‰ chez les sujets ayant un âge égal ou supérieur à 5 ans. Par contre, la diarrhée non sanglante a causé moins de décès avec 2 décès au total dont 1 soit 0,04‰ respectivement chez les sujets âgés de moins de 5 ans et 0,01%  chez les sujets âgés de 5 ans ou plus.
  • La létalité de la période de notre étude est restée plus élevé chez les sujets ayant souffert de la diarrhée cholériforme avec respectivement 25‰ en 2013, 27,7‰ en 2014 et 23,7‰ en 2015. Par contre, elle est restée moins élevées chez les sujets ayant souffert de la diarrhée non sanglante notamment 0,74‰ en 2013, 2,4‰ en 2014 et 2,1‰ en 2015.

Mots-clés : Bilan épidémiologique, Maladie diarrhéique, Walikale.

MURONGO KANYANDE AIME et TWAHA MIZABA AMISI : EVALUATION DE L’UTILISATION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES D’INSECTICIDE DANS L’AIRE DE SANTE 8EME CEPAC WALIKALE DU 1ER JANVIER AU 31 DECEMBRE 2016, pp.333-348.

EVALUATION DE L’UTILISATION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES D’INSECTICIDE DANS  L’AIRE DE SANTE 8EME   CEPAC WALIKALE DU 1ER JANVIER AU 31 DECEMBRE 2016 /

22MURONGO KANYANDE AIME et TWAHA MIZABA AMISI

 

MURONGO  KANYANDE AIME1 et TWAHA MIZABA AMISI2

  • & (2) Assistants  Deuxième mandat à l’INSTITUT SUPERIEUR DES TECHNIQUES MEDICALES /STM/WALIKALE/DRC, Tél. : +243822808073/+243810183607

RESUME 

Quelques 2,4 milliards de personnes soit 40% de la population mondiale sont exposés au paludisme. La zone de santé rurale de Walikale n’est pas épargnée surtout que le paludisme constitue une maladie endémique dans cette Zone de santé rurale. Le paludisme est le motif de consultation dans plus de 70% des cas.

 Notre étude s’est faite au sein de la zone de santé Rurale de Walikale et spécialement dans l’aire de santé de la 8ème CEPAC/Walikale. Notre population d’étude est composée de toute la population de l’aire de santé de la 8ème  CEPAC/Walikale tandis que l’échantillon était composée des femmes 100 femmes étant soit enceinte soit ayant un enfant de moins de 5 ans. A l’issue de cette étude ; nous avons abouti aux résultats suivants : 90% des enquêtées ont déjà été informées sur la MILD au moins une seule fois. 100% des enquêtées ont entendu parler de la MILD à partir des RECO dans la communauté. De ce tableau il ressort que 90% des enquêtées savent le rôle de la MILD   . 90% des enquêtées connaissent le vrai rôle de MILDA   . 50% de la population qui n’utilisent pas la MILDA avouent qu’elles ne l’utilisent pas parce qu’elles sont allergiques. 100% des enquêtées instruite utilisent la MILD. 71% des enquêtés connaissent le mode de transmission du Paludisme. 100% de nos enquêtées n’ont jamais pulvérisé leur maison avec l’insecticide en spray. 30% des enquêtés avaient un antécédent de fièvre dans le un mois ayant précédé  l’enquête. Seulement 22% des enquêtés connaissent le rôle de l’environnement dans le développement des moustiques.

En conclusion, l’utilisation de MLDA pose encore problème dans la Zone de santé Rurale de Walikale en général et dans l’aire de santé de la 8ème CEPAC en particulier étant donnée que la population de cette aire de santé continue à utiliser la MILDA pour d’autres fins c’est à dire la construction, la pêche, la protection des petits champs contre leur  ravage par les animaux en divagation et cela malgré tous les efforts consentis par le BCZ en appui avec les ONG humanitaires.

Mot-clés : Paludisme ; MILD ; Walikale.

 

ABSTRACT

Some 2.4 billion people or 40% of the world’s population are exposed to malaria. The rural health zone of walikale is not spared especially as malaria is an endemic disease in this Rural Health Zone. Malaria is the reason for consultation in more than 70% of cases.  Our study was carried out within the rural health zone of walikale and especially in the health area of the 8th CEPAC / Walikale. Our study population is composed of the entire population of the 8th CEPAC / Walikale health area while the sample was composed of women 100 women either pregnant or having a child under 5 years. At the end of this study; we obtained the following results: 90% of the respondents have already been informed about the mosquito net at least once. 100% of the respondents heard about the mosquito net from the RECOs in the community. From this table it emerges that 90% of respondents know the role of the mosquito net. 90% of respondents know the true role of, mosquito net. 50% of the population who do not use the mosquito net report that they do not use it because they are allergic. 100% of educated respondents use the mosquito net. 71% of respondents are aware of how malaria is transmitted. 100% of our respondents never sprayed their home with spray insecticide. 30% of respondents had a history of fever in the month preceding the survey.

Only 22% of respondents know the role of the environment in mosquito development
In conclusion; The use of mosquito net is still a problem in the Walikale Rural Health Zone in general and in the 8th CEPAC health area, That the population of this health area continues to use the LLIN for other purposes such as construction; Fishing, and the protection of small fields against their ravages by wild animals in spite of all the efforts made by the BCZ in support of humanitarian NGOs.


Keyword: Malaria; mosquito net; Walikale.

KASEREKA BAKIKULA Jean-Paul et KAKULE MILANDO Eurasme : EVALUATION DU NIVEAU DE CONNAISSANCE DES EFFETS DE L’AUTOMEDICATION DANS LA COMMUNE DE KARISIMBI. CAS DE LA POPULATION DU QUARTIER MABANGA SUD, pp. 317-332.

EVALUATION DU NIVEAU DE CONNAISSANCE DES EFFETS DE L’AUTOMEDICATION DANS LA COMMUNE DE KARISIMBI. CAS DE LA POPULATION DU QUARTIER MABANGA SUD /21KASEREKA BAKIKULA Jean-Paul et KAKULE MILANDO Eurasme

 

KASEREKA BAKIKULA Jean-Paul1 et KAKULE MILANDO Eurasme2

(1) Institut Supérieur des Techniques médicales (ISTM) de Kirotshe, Assistant2, Tél : 0990331688, email : jpaukase@gmail.com

(2) Institut Supérieur de Commerce (ISC) de Goma, Chef de Travaux, Tél : 0991716416, email : eurasme.milando@gmail.com

 

RESUME

Cet article veut évaluer le niveau de connaissance des effets liés à l’automédication dans le quartier Mabanga sud. Spécifiquement, il s’agit d’identifier les causes de l’automédication et analyser les conséquences liées à l’automédication  à Mabanga. Le recours à l’automédication est de 81,7% dans le quartier Mabanga sud. Le test du Khi-deux appliqué renseigne ce qui suit : l’âge (p = 0,000), la situation matrimoniale (p = 0,087), la profession (p = 0,000), la provenance des médicaments consommés (0,000), l’origine du conseil pour recourir à l’automédication (p = 0,733), les raisons qui poussent les gens à recourir à l’automédication (p = 0,000), la satisfaction des effets de l’automédication (p = 0,002), la connaissance des effets secondaires des médicaments utilisés (p = 0,018) et la disponibilité des médicaments (p = 0,003). Dans la suite, 49,7% veulent continuer à recourir à l’automédication, en cas de complication du médicament pris 31,7% vont consulter un personnel soignant après 3 jours, 54,4% veuillent sur la date de péremption et 68,9% ne consultent pas la notice avant de consommer le médicament.

Concepts clés : Automédication, connaissance, médicaments, pharmacie

 

ABSTRACT

This article wants to evaluate the level of knowledge of the effects related to self medication in southern the Mabanga district. Specifically, it is a question of identifying the causes of self medication and analyserles consequences related to self medication with Mabanga. The recourse to self medication is of 81.7% in southern the Mabanga district. The test of Khi-deux applied informs what follows: the age (p = 0.000), the matrimonial situation (p = 0.087), the profession (p = 0.000), source of the consumed drugs (0.000), the origin of the council to resort to self medication (p = 0.733), the reasons which push people to be resorted to self medication (p = 0.000), the satisfaction of the effects of self medication (p = 0.002), the knowledge of the side-effects of the drugs used (p = 0.018) and the availability of the drugs (p = 0.003). In the continuation, 49.7% want to continue to resort to self medication, in the event of complication of the medicine taken 31.7% will consult a medical staff after 3 days, 54.4% want on the expiry date and 68.9% do not consult the note before consuming the drug.

Key concepts: Self medication, knowledge, drugs, pharmacy

 

 

KUBUYA KATUNDI GEORGES : EVALUATION DE L’EFFICACITE DE L’ELEVAGE DES ENFANTS DE FAIBLE POIDS A LA NAISSANCE AU SEIN DE LA NEONATOLOGIE DE L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE DE WALIKALE. CAS SPECIFIQUE DE LA KANGOUROUTHERAPIE, pp. 303-316.

EVALUATION DE L’EFFICACITE DE L’ELEVAGE  DES ENFANTS DE FAIBLE POIDS A LA NAISSANCE AU SEIN DE LA NEONATOLOGIE DE L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE DE WALIKALE. CAS SPECIFIQUE DE LA  KANGOUROUTHERAPIE/20KUBUYA KATUNDI GEORGES

 

KUBUYA KATUNDI GEORGES1

  • Assistants Deuxième mandat à l’Institut supérieur des Techniques/STM/Walikale/DRC; Tél. +243853188398, +243991097853, +243820190867 ; e-mail :kubuyag@gmail.com

 

RESUME

Chaque année on compte quelque 20 millions de nouveau-nés de faible poids: ils sont nés avant terme ou ont souffert de déficiences de croissance prénatale, surtout dans les pays moins développés. Ils contribuent considérablement au taux élevé de mortalité néonatale, dont la fréquence et la répartition géographiques correspondent à celles de la pauvreté. Les nouveau-nés de faible poids et les naissances prématurées contribuent donc aux taux élevés de mortalité et de morbidité néonatale et infantile. Les faibles poids de naissance représentent 24 cas sur 222 cas hospitalisés en néonatologies soit 21.6% au sein de l’Hôpital Général de Référence de Walikale .Notre étude est prospective sur une période de 6 mois allant du 1er Novembre  2016 au 1 Mai 2017 au sein de  la néonatologie de l’Hôpital Général de Référence de Walikale. Notre échantillon est composé de 48  nouveau-nés  avec faible poids à la naissance ayant été hospitalisés  en néonatologie durant notre période d’étude. La prématurité représente 87.5 % de tous les cas de faible poids à la naissance, Le sexe féminin représente un taux élevé des nouveau-nés de faible poids à la naissance soit 62.5%. 50% des enfants de faible poids à la naissance étaient nés au sein de l’Hôpital Général de Référence de Walikale. 87.5% de nouveau-nés  avec faible poids de naissance étaient nés par voie basse. Le taux de guérison s’élève à 95.9% tandis que la mortalité elle représente 4.1%. 50% de nouveau-nés avec faible poids à la naissance avaient fait un  séjour  inférieur ou égal à  21 jours. 58.3% d’enfants avec faible poids à la naissance avaient un poids de naissance compris entre 1000gr et 1599gr. 62.5% d’enfants de faible poids à la naissance avaient développé une infection néonatale. 95.8 % des nouveau-nés avec faible poids de naissance ont été alimentés au lait maternel. La Kangourouthérapie a été faite chez tous les enfants à faible poids à la naissance. 75% d’enfants avec faible poids à la naissance ont développé l’hypoglycémie au moins une fois durant leur séjour à l’Hôpital Général de Référence de Walikale. 91.7% des nouveau-nés avec faible poids à la naissance avaient fait l’Hypothermie durant leur séjour au sein de l’Hôpital Général de Référence de Walikale. Au terme de notre  étude nous avons constaté qu’en dehors de villes où il y a les couveuses ; les enfants à faible poids à la naissance et plus précisément mes prématurés peuvent être élevés  correctement  dans les hôpitaux moins équipés avec  les moyen disponibles entre autre la kangourouthérapie .

Mots- clés : Elevage ; Faible  poids à la naissance ; néonatologie ; walikale

ABSTRACT

Each year there are some 20 million newborns of low birth weight: they are born prematurely or have suffered from prenatal growth deficits, especially in the less developed countries. They contribute considerably to the high rate of neonatal mortality, whose geographical frequency and distribution correspond to those of poverty. Low-born newborns and preterm births therefore contribute to high rates of neonatal and infant mortality and morbidity. Low birth weights represent 24 cases out of 222 cases hospitalized in neonatology, ie 21.6% in the Walikale General Reference Hospital. Our study is prospective for a period of 6 months from 1 November 2016 to 1 May 2017 within the neonatology of the General Reference Hospital of Walikale. Our sample is composed of 48 newborns with low birth weight who were hospitalized in neonatology during our study period. Prematurity accounts for 87.5% of all cases of low birth weight. Female sex accounts for a high rate of low birth weight infants at 62.5%. 50% of low-birth-weight children were born within the Walikale General Reference Hospital. 87.5% of newborns with low birth weight were born by low-birth. The cure rate is 95.9% while mortality is 4.1%. 50% of newborns with low birth weight had stayed less than or equal to 21 days. 58.3% of children with low birth weight had a birth weight between 1000gr and 1599gr. 62.5% of low birth weight infants had developed a neonatal infection. 95.8% of newborns with low birth weight were fed to breast milk. Kangaroo therapy was done in all low birth weight children. 75% of children with low birth weight developed hypoglycemia at least once during their stay at the Walikale General Reference Hospital. 91.7% of newborns with low birth weight had had Hypothermia during their stay at the Walikale General Reference Hospital

Conclusion: At the end of our study we have found that outside cities where there are incubators; Low birth weight children and more precisely my premature babies can be properly raised in hospitals less equipped with the means available among others kangaroo therapy.

Keywords: Breeding; Low birth weight; Neonatology; Walikale.

KUBUYA KATUNDI GEORGES : ASPECT EPIDEMIOLOGIQUE, CLINIQUE ET THERAPEUTHIQUE DE LA MORT FOETELE IN UTERO AU SEIN DE L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE DE WALIKALE, pp. 283-302.

ASPECT EPIDEMIOLOGIQUE, CLINIQUE ET THERAPEUTHIQUE  DE LA MORT FOETALE IN UTERO AU SEIN DE L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE DE WALIKALE/19KUBUYA KATUNDI GEORGES (2)

 

KUBUYA KATUNDI GEORGES1

  • Assistant Deuxième mandat à l’INSTITUT SUPERIEUR DES TECHNIQUES /STM/WALIKALE/DRC, Tél. +243853188398, +243991097853, +243820190867 ; e-mail :kubuyag@gmail.com

 

RESUME

La mort fœtale in utero constitue un problème fréquent dans la pratique obstétricale. Les objectifs de cette étude étaient de déterminer la fréquence  d’identifier les facteurs de risque de la mort fœtale in utero à l’Hôpital Général de Référence de Walikale ainsi que proposer l’intégration du bilan étiologique et la psychothérapie. L’étude était effectuée en deux temps. En premier lieu, une étude descriptive  sur 3165 accouchements qui avait permis de déterminer la fréquence de la mort fœtale in utero. Notre échantillon est composé de 155 cas de mort fœtale in utero. La mort fœtale in utero représente 4.9% de tous les cas reçus au sein de la maternité de l’HGR/Walikale durant notre étude. Les femmes enceintes dont l’âgé est supérieur à 35 ans font plus les MFIU soit 41.9%. La MFIU à la grossesse antérieure a été le premier antécédent obstétrical soit 39.5%.  38.6 % des fœtus mort in utero avaient un âge géstationnaire supérieur à 37 semaines  entre 37-41 semaines. 65.8% des femmes ayant fait la MFIU avaient participé à moins de 3 séances de  CPN. La mortalité liée à la MFIU s’élève à 5.2% .L’absence des mouvements fœtaux actifs par la femme enceinte était le premier signe clinique à l’admission soit 100 %. Le travail a été stimulé chez 66.5% et le cytotec a été utilisé chez tous. Le paludisme constitue la première cause de MFIU soit 25.8%. 16.1% ont fait une hémorragie après l’expulsion et  14.2% ont fait une endométrite. La psychothérapie n’a pas été faite chez aucun cas tandis que le bilan étiologique a été fait seulement chez 9.7% des cas. Au terme de notre étude, il est trouvé que la fréquence de la mort fœtale in utero est de 4.9  %. Parmi les nombreux facteurs étudiés, il se trouve que la survenue d’une mort fœtale in utero est significativement associée à l’âge de la mère avancé (plus de 35 ans), la provenance (les femmes vivant aux villages étant les plus concernées), au bas niveau d’instruction, à l’antécédent de MFIU et à la maladie au cours de la grossesse. La surveillance des gestantes à risque, le dépistage et la prise en charge des maladies pendant la grossesse s’avèrent nécessaires dans la perspective de réduire la fréquence de la mort fœtale in utero dans notre milieu.

Mots-clés : Epidémiologie, mort fœtale in utero, Walikale

 

ABSTRACT

Fetal death in utero is a frequent problem in obstetric practice. The objectives of this study were to determine the frequency of identifying the risk factors for fetal death in utero at the Walikale General Reference Hospital and to propose the integration of the etiologic assessment and psychotherapy. The study was conducted in two stages. First, a descriptive study of 3165 deliveries that determined the frequency of fetal death in utero. Our sample is composed of 155 cases of fetal death in utero. Fetal death in utero represents 4.9% of all cases received within the Walikale referral general hospital maternity during our study. Pregnant women with more than 35 years of age are more likely to be intrauterine foetal death, ie 41.9%. Intrauterine foetal death in previous pregnancy was the first obstetric antecedent, ie 39.5%. 38.6% of the dead fetuses in utero had a gestational age of more than 37 weeks between 37-41 weeks. 65.8% of intrauterine foetal death women had participated in fewer than 3 prenatal consultation sessions. Intrauterine foetal death related mortality was 5.2%. The absence of active fetal movements by the pregnant woman was the first clinical sign at admission of 100%. Work was stimulated in 66.5% and cytotec was used in all. Malaria is the leading cause of intrauterine foetal death, ie 25.8%. 16.1% bleeded after expulsion and 14.2% did endometritis. Psychotherapy was not performed in any case, while the etiologic assessment was made only in 9.7% of cases. Conclusion: At the end of our study, the frequency of fetal death in utero was found to be 4.9%. Among the many factors studied, the occurrence of in utero fetal death is significantly associated with the age of the advanced mother (over 35 years), the provenance (women living in the villages being the most concerned), Low levels of education, a history of intrauterine foetal death, and illness during pregnancy. Surveillance of pregnant women at risk, screening and management of diseases during pregnancy are necessary in order to reduce the incidence of fetal death in utero in our environment.

Keywords: Epidemiology, fetal death in utero, Walikale

MURONGO KANYANDE AIME : PROBLEMATIQUE DES ACCOUCHEMENTS A DOMICILE DANS LA ZONE DE SANTE DE WALIKALE. CAS SPECIFIQUE DE L’AIRE DE SANTE 8EME CEPAC/WALIKALE, pp. 271-282.

PROBLEMATIQUE DES ACCOUCHEMENTS A DOMICILE DANS LA ZONE DE SANTE DE WALIKALE. CAS SPECIFIQUE DE L’AIRE DE SANTE 8EME CEPAC/WALIKALE/18MURONGO KANYANDE AIME

 

MURONGO  KANYANDE AIME1

  • Assistants  Deuxième mandat à l’INSTITUT SUPERIEUR DES TECHNIQUES MEDICALES /STM/WALIKALE/DRC, Tél. : +243822808073/+243810183607.

 

RESUME 

Le taux d’accouchements assistés par le personnel non qualifié(Matrones) s’élève à 16.7 % avec risque d’augmenter si aucune action communautaire n’est menée par la Zone de santé et les ONG partenaires.

 L’étude, de type transversal et descriptif, a été réalisée du1er Janvier 2014 au 31 Décembre 2016, sur 150 femmes  ayant déjà accouché et 30 matrones dans l’aire de santé de la 8ème CEPAC précisément dans la Zone de santé Rurale de Walikale.  A l’issue de cette étude ; nous avons abouti aux résultats suivants : 50% des enquêtées sont les managères.11.3% de toutes les primipares ont accouché à domicile  et 22% des toutes les  multipares ont accouché à domicile. Sur 150 enquêtes soit 100%, 102 cas soit 68% sont mariées et 48 cas  soit  32 % sont neufs. 74% de nos enquêtées ont avoué que Le cout est moindre chez la matrone et là on peut  même payer  en nature. 72% ont avoué que la femme qui accouche à domicile est exposée à faire des déchirures des parties molles. 82% des enquêtés affirment que en cas des complications du post-partum post accouchement à domicile les matrones transfèrent l’accouchée à l’Hôpital. 80% des enquêtés connaissent l’importance de CPN. 40% d’enquêtées avaient fait l’école primaire .Les ménagères représentent 53.3% .55.4% de nos enquêtées sont des mariées.73% des matrones n’ont jamais été formées. 83.3% des matrones ne collaborent pas avec le personnel qualifié pour connaitre le terme d’une grossesse. Sur  30 enquêtes soit les 100% 12 cas soit 40% connaissent les signes de danger tan disque 18 cas soit 60% ne connaissent pas. Sur 30 enquêtes soit les 100%, 16 cas soit 53% parlent de bain de siège avec de l’eau froide, 5 cas soit 17% parlent de l’usage de la farine à l’accouchée mélangée à  l’eau, 6 cas soit 20% citent les médicaments indigènes et 3 cas soit 10% parlent de l’infection de menterie. Si l’enfant présente des apnées 83.3% des matrones font l’aspiration bouche à bouche. Sur 30 enquêtes soit les 100%  18 cas soit 60% utilisent les lames de rasoir, 9 cas soit 30% affirment utiliser une paire de ciseau et 3 cas soit 10% utilisent le couteau pour couper le cordon ombilical. Sur  30 enquêtes soit les 100% cas soit 19% 63, 3% n’ont  jamais fait le transfert t 9 cas soit 30% confirment avoir transférer une fois et 2 cas soit 6,7% ont déjà transféré deux fois. Les mesures suivantes pourraient améliorer davantage l’utilisation des services de maternité:1.améliorer l’accessibilité géographique ; 2. Sensibiliser les gestantes au cours des séances de CPN, 3. Faire le plaidoyer en faveur de la liberté des femmes de décider du choix du lieu d’accouchement.

Mots-clés: Accouchement à domicile, Aire de santé 8ème CEPAC ; Walikale

ABSTRACT
The rate of deliveries attended by unqualified staff (Matrones) amounts to 16.7% with the risk of increasing if no community action is carried out by the Health Zone and NGO partners. The study, cross-sectional and descriptive, was carried out from January 1, 2014 to December 31, 2016, out of 150 women having already given birth and 30 matrons in the health area of the 8th CEPAC precisely in the Rural Health Zone of Walikale. At the end of this study; We obtained the following results: 50% of the respondents were managers.11.3% of all primiparous women gave birth at home and 22% of all multiparous women gave birth at home. Out of 150 surveys, c’est-à-dire 100%, 102 cases or 68% are married and 48 cases or 32% are new. 74% of our respondents admitted that the cost is lower for the matron and can even be paid in kind. 72% admitted that women who give birth at home are exposed to soft tissue tears. 82% of respondents say that in the case of postpartum postpartum complications at home, matrons transfer the mother to the hospital. 80% of respondents know the importance of CPN. 40% of respondents had completed primary school. Housewives accounted for 53.3% .55.4% of our respondents were brides.73% of matrons were never trained. 83.3% of matrons do not collaborate with qualified staff to know the term of a pregnancy. Out of 30 surveys either the 100% 12 cases or 40% know the danger signs tan disc 18 cases or 60% do not know. Out of 30 surveys, 100%, 16 cases or 53% talked about bathing with cold water, 5 cases or 17% talk about the use of the flour to the delivery woman mixed with water, 6 cases Or 20% cite indigenous drugs and 3 cases or 10% speak of the menttery infection. If the child has apnea 83.3% of matrons do mouth-to-mouth suction. Out of 30 surveys, 100% 18 cases or 60% use razor blades, 9 cases or 30% claim to use a pair of scissors and 3 cases or 10% use the knife to cut the umbilical cord. On 30 surveys either 100% cases or 19% 63, 3% never made the transfer t 9 cases or 30% confirm to have transferred once and 2 cases or 6.7% have already transferred twice.
The following measures could further improve the use of maternity services: 1.improve geographic accessibility; 2. raising awareness among pregnant women during NPC sessions; 3. Advocating for women’s freedom to decide where to give birth.

Keywords: Home Delivery, 8th Health Area CEPAC; Walikale.

DONATIEN TSHIBAMBE KATENDE : PROBLEMATIQUE DE LA SOUS UTILISATION DE LA VASECTOMIE SANS BISTOURI (NSV) DANS LA VILLE DE GOMA, pp. 263-270.

PROBLEMATIQUE DE LA SOUS UTILISATION DE LA VASECTOMIE SANS BISTOURI (NSV) DANS LA VILLE DE GOMA/17DONATIEN TSHIBAMBE KATENDE

 

 DONATIEN TSHIBAMBE KATENDE1

  • Docteur en Médecine avec spécialisation (DEA) et Enseignant à l’ISM-Goma ; Tél. : email : dostshibambe5@gmail.com

RESUME

Cette étude s’inscrit dans le domaine du planning familial. La contraception ne doit être considérée comme une affaire de la femme seule mais un problème du couple. Il existe toute une gamme des méthodes contraceptives que la femme utilise émaillées des effets secondaires susceptibles d’entrainer des maladies diverses. Pour l’épargner à ces maux divers, il est évident que l’homme perçoit et pratique la vasectomie sans bistouri. MICHEL LABRECQUE(2012) déplore que dans plusieurs pays du monde à l’heure actuelle, la contraception soit encore une affaire de femmes. « C’est presque un non-sens, alors que c’est tellement facile de faire la vasectomie comparativement à une ligature des trompes qui est une opération majeure ou parfois les femmes meurent ».

Il poursuit en disant que la situation n’est pas la même au Québec, où quelque 13 000 vasectomies sont réalisées chaque année, un record. Le nombre de vasectomies pratiquées ici est quatre fois supérieur aux interventions pour les ligatures des trompes, une opération en baisse constante(2015).  J’ai le privilège de parler de la vasectomie sans bistouri parce que je suis l’un des premiers Médecins Africain formé en vasectomie sans bistouri avec cautérisation intraluminale par le professeur, Dr MICHEL LABRECQUE et que la vasectomie n’est pas suffisamment connue ni pratiquée par les prestataires de santé dans les établissements sanitaire soit elle est confondue à la castration qui consiste à enlever les testicules de l’homme qui pensent que leur  vie sexuelle  sera troublée voir même inexistante.

Mots Clés: Contraception chirurgicale, Vie sexuelle.

 SUMMARY

This study is embedding in the familial planning   contraception must not be considered as a woman affair but   pee r concern. There is a series of contraceptive methods used by a woman with second itching, then susceptible of causing several diseases. In order to prevent woman   from    various mistreats, there is a real need to practice vasectomy without lancet. Michel Labrecque (2002) deplores that in several country worldwide contraception is the woman owned matter. It is almost nonsense vasectomy is, as easier as fallopian tie, a major surgical operation where by women sometime die. 

It is not the same in Quebec where about 13,000 vasectomies are annually done, it is a prize. Here, vasectomy is 4 time greater than fallopian tie a constant decrease operation (2015). I keep that privilege to talk about vasectomy without lancet because I am among the first African Medicine. Experts trained by Dr. Michel Labrecque  In vasectomy  without  lancet using entrahiminal ”cauterization” .Vasectomy  is not enough known neither done by health “prestataries”  in the health  institutions where be confused  to castrations, that practical consisting of breaking out man testicle .For this, some of them still think that sexual life will discontinue.

Keywords: Surgical contraception, Sexual life.