MURONGO KANYANDE AIME et TWAHA MIZABA AMISI : EVALUATION DE L’UTILISATION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES D’INSECTICIDE DANS L’AIRE DE SANTE 8EME CEPAC WALIKALE DU 1ER JANVIER AU 31 DECEMBRE 2016, pp.333-348.

EVALUATION DE L’UTILISATION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES D’INSECTICIDE DANS  L’AIRE DE SANTE 8EME   CEPAC WALIKALE DU 1ER JANVIER AU 31 DECEMBRE 2016 /

22MURONGO KANYANDE AIME et TWAHA MIZABA AMISI

 

MURONGO  KANYANDE AIME1 et TWAHA MIZABA AMISI2

  • & (2) Assistants  Deuxième mandat à l’INSTITUT SUPERIEUR DES TECHNIQUES MEDICALES /STM/WALIKALE/DRC, Tél. : +243822808073/+243810183607

RESUME 

Quelques 2,4 milliards de personnes soit 40% de la population mondiale sont exposés au paludisme. La zone de santé rurale de Walikale n’est pas épargnée surtout que le paludisme constitue une maladie endémique dans cette Zone de santé rurale. Le paludisme est le motif de consultation dans plus de 70% des cas.

 Notre étude s’est faite au sein de la zone de santé Rurale de Walikale et spécialement dans l’aire de santé de la 8ème CEPAC/Walikale. Notre population d’étude est composée de toute la population de l’aire de santé de la 8ème  CEPAC/Walikale tandis que l’échantillon était composée des femmes 100 femmes étant soit enceinte soit ayant un enfant de moins de 5 ans. A l’issue de cette étude ; nous avons abouti aux résultats suivants : 90% des enquêtées ont déjà été informées sur la MILD au moins une seule fois. 100% des enquêtées ont entendu parler de la MILD à partir des RECO dans la communauté. De ce tableau il ressort que 90% des enquêtées savent le rôle de la MILD   . 90% des enquêtées connaissent le vrai rôle de MILDA   . 50% de la population qui n’utilisent pas la MILDA avouent qu’elles ne l’utilisent pas parce qu’elles sont allergiques. 100% des enquêtées instruite utilisent la MILD. 71% des enquêtés connaissent le mode de transmission du Paludisme. 100% de nos enquêtées n’ont jamais pulvérisé leur maison avec l’insecticide en spray. 30% des enquêtés avaient un antécédent de fièvre dans le un mois ayant précédé  l’enquête. Seulement 22% des enquêtés connaissent le rôle de l’environnement dans le développement des moustiques.

En conclusion, l’utilisation de MLDA pose encore problème dans la Zone de santé Rurale de Walikale en général et dans l’aire de santé de la 8ème CEPAC en particulier étant donnée que la population de cette aire de santé continue à utiliser la MILDA pour d’autres fins c’est à dire la construction, la pêche, la protection des petits champs contre leur  ravage par les animaux en divagation et cela malgré tous les efforts consentis par le BCZ en appui avec les ONG humanitaires.

Mot-clés : Paludisme ; MILD ; Walikale.

 

ABSTRACT

Some 2.4 billion people or 40% of the world’s population are exposed to malaria. The rural health zone of walikale is not spared especially as malaria is an endemic disease in this Rural Health Zone. Malaria is the reason for consultation in more than 70% of cases.  Our study was carried out within the rural health zone of walikale and especially in the health area of the 8th CEPAC / Walikale. Our study population is composed of the entire population of the 8th CEPAC / Walikale health area while the sample was composed of women 100 women either pregnant or having a child under 5 years. At the end of this study; we obtained the following results: 90% of the respondents have already been informed about the mosquito net at least once. 100% of the respondents heard about the mosquito net from the RECOs in the community. From this table it emerges that 90% of respondents know the role of the mosquito net. 90% of respondents know the true role of, mosquito net. 50% of the population who do not use the mosquito net report that they do not use it because they are allergic. 100% of educated respondents use the mosquito net. 71% of respondents are aware of how malaria is transmitted. 100% of our respondents never sprayed their home with spray insecticide. 30% of respondents had a history of fever in the month preceding the survey.

Only 22% of respondents know the role of the environment in mosquito development
In conclusion; The use of mosquito net is still a problem in the Walikale Rural Health Zone in general and in the 8th CEPAC health area, That the population of this health area continues to use the LLIN for other purposes such as construction; Fishing, and the protection of small fields against their ravages by wild animals in spite of all the efforts made by the BCZ in support of humanitarian NGOs.


Keyword: Malaria; mosquito net; Walikale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *